Le stress et la psychothérapie - Paris

« Le stress est l’état de l’organisme dont le bien-être est menacé et qui n’a pas de réponse immédiate pour réduire cette menace », telle est la définition que H. Selye donne du stress en 1975 dans Le stress de la vie : le problème de l’adaptation.

Aujourd’hui, le mot « stress » est communément utilisé pour désigner les sensations éprouvées dans une situation à laquelle le sujet pense ne pas pouvoir faire face. L’organisme répond à cette situation par des réactions d’ordre physiologique (sudation, accélération du rythme cardiaque, etc.) et psychologique (angoisse, troubles du sommeil) qui entraînent de la fatigue et favorisent l’apparition de maladies.

Le stress est souvent connoté de façon négative, alors qu’il est tout autant corrélé avec des situations positives, comme une promotion professionnelle, un mariage ou une naissance.

En fait, il existe deux formes de stress, le bon stress qui correspond à une quantité de tension adaptée à la situation et le mauvais stress où l’organisme est débordé par la tension dont les conséquences néfastes se font ressentir aux niveaux somatique et psychique.

H. Selye distingue trois phases caractéristiques du stress, qu’il nomme aussi Syndrome Général d’Adaptation : la phase d’alarme (l’individu est confronté à l’agression qui déstabilise l’équilibre fonctionnel), la phase de résistance (ensemble des réactions provoquées par le stimulus et auxquelles l’organisme s’est adapté) et la phase d’épuisement (l’organisme trop sollicité s’épuise et se met à dysfonctionner, laissant apparaître colère, dépression ou maladies comme l’asthme, l’ulcère de l’estomac, des maladies cardio-vasculaires, l’eczéma, ou encore le cancer).

Le stress au travail devient un fléau du monde professionnel. La pression se fait de plus en plus importante sur le lieu de travail : exigences toujours plus grandes des entreprises, concurrence, rythme de travail, risques de licenciement, etc. Il en résulte toujours davantage d’agressivité, de fatigue, de difficulté à se concentrer et à se motiver, d’arrêts de maladie, voire des somatisations graves.

Le stress fait partie de la vie quotidienne, et chacun y réagit à sa façon. La même situation stressante peut à peine gêner une personne tandis qu’une autre en sera très affectée. Quand il n’est pas possible de prendre suffisamment de distance par rapport à la source du stress, mieux vaut consulter un psychologue. Mettre des mots sur le vécu permet de soulager la souffrance et de mettre à jour d’autres conflits latents qu’un travail psychothérapeutique peut résoudre.

Le syndrome de stress post-traumatique, quant à lui, est lié à un événement déclencheur connu, accident, attentat ou catastrophe naturelle, dont la personne peut avoir été victime ou témoin. Les symptômes, parmi lesquels des états dépressifs, voire délirants ou hallucinatoires, ou des somatisations, peuvent apparaître plusieurs mois après le traumatisme. Un traitement psychothérapeutique est alors indispensable.

Retour à la page précédente Me contacter

Agrandir le texte

A | A+ | A+

Vous êtes ici : Accueil | Spécialités | Mal être | Le stress